livres

Publié le mercredi, 5 mai 2021 à 10h15

Diomede - Les Peruzzi, roman d’Antonio Pennacchi

Par Stefano Palombari

Diomede - Les Peruzzi - couverture

Canal Mussolini, paru il y a un peu plus de dix ans, est le roman qui a rendu célèbre Antonio Pennacchi, écrivain talentueux et provocateur. Roman qui lui a valu le prestigieux prix Strega. Cinq années plus tard, l’écrivain de Latina a publié une suite, Canale Mussolini, parte seconda (deuxième partie). En France, cet ouvrage vient d’être publié aux éditions Globe sous le titre Diomede – Les Peruzzi. L’histoire de la famille Peruzzi, dont on avait fait la connaissance dans Canal Mussolini, devient donc une saga. La Strada del mare, troisième et dernier tome de la saga, déjà paru en Italie, sera publié en France prochainement.

Canal Mussolini couvre une période d’une quarantaine d’années, jusqu’en 1944. Les Peruzzi quittent la Vénétie, nord-est de l’Italie, à l’époque une région particulièrement pauvre, pour « coloniser » l’Agro Pontino, les marais pontine, quelques kilomètres au sud de Rome, tout juste bonifiés par Mussolini.

Diomede – Les Peruzzi s’ouvre sur les dernières phases de la seconde guerre mondiale. Les Alliés ont débarqué à Anzio et marchent vers la capitale. Diomede, jeune rejeton de la famille Peruzzi, est marqué dès sa naissance par un « défaut » gênant. Certains diraient qu’il a été gâté par la nature mais il le découvrira seulement à l’âge adulte. A la différence des autres membres de sa famille, il refuse de travailler la terre. Il entame donc une carrière de maçon, commençant à travailler au service des Allemands. On le suivra jusqu’aux années mille-neuf-cent-soixante, quand sa fortune sera impressionnante.

Les vicissitudes de Diomede et sa famille sont régulièrement interrompues par des longues, parfois interminables, digressions historiques. La plupart de ces digressions sont passionnantes mais elles confèrent à l’ouvrage un manque d’unité. Elles sont tellement passionnantes que l’auteur s’y perd. Et le lecteur avec lui. L’auteur souhaitait reproduire l’ambiance du filò, qui dans les campagnes du nord-est de l’Italie permettaient de passer les soirées d’hiver ensemble. Les anciens racontaient histoires et anecdotes qu’ils avaient vécues, ou bien qu’on leur avait racontées.

Ainsi l’auteur s’adresse directement au lecteur pour lui parler de Diomede, des Peruzzi, de la guerre, de la résistance, de Mussolini… son style est simple, direct, « parlé ». La narration est riche en hyperboles, pas toujours bien maîtrisées. Parfois le trait trop forcé fait chuter le récit dans le grotesque et la caricature.

Le dialogue avec le lecteur se transforme en une sorte de parodie avec de fréquents, trop fréquents, autant que superflus « pardon, que dites-vous ? » pour introduire une explication et « Littoria, pardon Latina » pour rappeler ad abundantiam le changement du nom de la ville après la chute du Fascisme.

Les Peruzzi, dans la version italienne, s’expriment en vénitien. Or, dans la traduction française, le dialecte de la Vénétie a été remplacé par une sorte d’argot dépourvu de tout ancrage géographique, créant ainsi chez le lecteur francophone l’impression que les Peruzzi sont simplement des gens rudes et ignorants qui ne savent pas s’exprimer correctement.

Ceci dit, le livre ne manque pas d’atouts. Certains passages de Diomede – Les Peruzzi sont magnifiques. Pennacchi nous offre une fresque très vivace de l’Italie de l’après-guerre qui permet au lecteur de mieux comprendre la période la plus récente de l’histoire politique italienne. Quelques passages sont très éclairants également sur les années de plomb (sujet qui revient régulièrement sur le devant de la scène médiatique) et notamment sur le rôle des services secrets américains dans le déclenchement de la « stratégie de la tension ». Dommage que le livre souffre d’un cruel manque d’unité qui donne une impression brouillonne et décousue.

Informations pratiques

Antonio Pennacchi, Diomede - Les Peruzzi,, traduit de l'italien par Nathalie Bauer, Éditions Globe, 23 €
Vous pouvez commander ce livre, en italien ou en français, sur le site de La LIbreria