livres

Publié le lundi, 6 juin 2022 à 10h32

De Sel et de sang, BD de Fred Paronuzzi et Vincent Djinda. La laideur de la haine

Par Stefano Palombari

De Sel et de sang - couverture

Il valait mieux ne pas s’appeler Giovanni à Aigues-Mortes en août 1893. Le massacre des Italiens qui a eu lieu le 17 août est resté caché dans les plis de l’histoire pendant presque cent ans. Ce n’est qu’en 1993 qu’Enzo Barnabà en publiant Le sang des marais offre aux historiens l’opportunité de se pencher sur le sujet et à cet événement tragique d’être connu du grand public.

Le fond de l’histoire est banal, vieux comme le monde. Avec des formes différentes, on rencontre les mêmes dynamiques à toutes les époques. Y compris la nôtre. Quoi de mieux que provoquer la haine entre nécessiteux pour mieux les soumettre ? Une lutte entre pauvres ne peut que profiter aux riches, une lutte entre exploités ne peut que profiter aux exploiteurs. C’est exactement ce qui s’est produit ce 17 août 1893 entre travailleurs français et transalpins des marais salines de Aigues-Mortes. Les conditions extrêmes de travail, la fatigue, la chaleur, le manque de sommeil, le salaire de faim ont débouché sur une chasse à l’homme, l’Italien, le Piémontais. Celui qui a franchi la frontière pour « venir voler le pain des Français ». Une rhétorique bien rodée qui continue de faire mouche. Résultat : Un massacre. Dix morts et 17 blessés, dont certains avec des séquelles à vie.

A l’effroi du massacre s’est ajoutée, quelques mois plus tard, la rage de l’injustice. Aucun des coupables, en dépit des preuves accablantes et des aveux, ne sera condamné. C’est peut-être l’une des raisons de l’« amnésie générale et durable » qui s’en est suivie.

Le belle publication de Fred Paronuzzi (textes) et Vincent Djinda (dessin) apporte une contribution visuelle et émotive supplémentaire. Se basant sur la bibliographie disponible, qui se résume essentiellement à trois livres, dont deux d’Enzo Barnabà Le sang des marais et Mort aux Italiens, et Le Massacre des Italiens de Gérard Noiriel, De sel et de sang raconte cet épisode tragique de l’immigration italienne en France par le biais d’un texte percutant et de magnifiques dessins.

Informations pratiques
  • Fred Paronuzzi et Vincent Djinda, De Sel et de sang, Les Arènes

Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous