livres

Publié le dimanche, 24 octobre 2021 à 10h43

De rage et de vent, roman d'Alessandro Robecchi

Par Stefano Palombari

De rage et de vent - couverture

On n’avait jamais vu autant de vent à Milan. Le vent en général est très rare dans la grande ville du nord. Pas de très bonne augure tout ça… Un vendeur de voitures de luxe abattu dans son show-room, un policier, déguisé en moine, blessé et une prostituée de la haute société torturée et tuée avec un fer à repasser. Voici planté le décor dès les premières pages.

En commençant la lecture de De rage et de vent, les lecteurs du précédent livre d’Alessandro Robecchi, Ceci n’est pas une chanson d’amour, ne se sentiront pas dépaysés. Ils retrouveront des personnages qu’ils avaient connus lors de l’enquête précédente : Carlo Monterossi, le richissime concepteur de l’émission de télé-réalité Crazy Love, Katrina sa femme de ménage et excellente cuisinière, le sous-brigadier Tarcisio Ghezzi et l’insondable Oscar Falcone.

Anna Galinda, la prostituée, a été tuée peu après une chaste rencontre avec Carlo Monterossi. Depuis, il culpabilise. Et voici donc Carlo et Oscar qui se lancent sur les traces de l’assassin. Tarcisio Ghezzi, policier connu pour ses déguisements, n’est rien d’autre que le faux moine blessé après le meurtre du vendeur d’autos. Hospitalisé, il suit l’affaire de sa chambre d’hôpital. Carlo et Oscar décident donc de l’impliquer dans leur enquête. Heureusement car la police patauge.

Le livre est plaisant, les personnages sont touchants comme dans le livre précédent. Cependant, on ne retrouve pas toutes les sensations du premier roman. Certains chapitres auraient mérité un bon coup de ciseaux. L’intrigue, trop compliquée, laisse souvent le lecteur à la traîne.

Informations pratiques
  • Alessandro Robecchi, De rage et de vent, traduit de l'italien par Paolo Bellomo, l'Aube, 21,90 €

Vous pouvez commander ce livre, en italien ou en français, sur le site de La LIbreria