livres

Publié le lundi, 28 novembre 2022 à 09h45

Nocturne pour le commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni. Yeux verts et pensées noires

Par Stefano Palombari

Nocturne pour le commissaire Ricciardi - couverture

Quelle poisse d’être courtisé par les plus belles femmes et de ne pas pouvoir en profiter ! Le commissaire Ricciardi est convoité par deux des plus riches et élégantes dames de la ville ainsi que par une charmante voisine, dont il est éperdument amoureux. « Tout va bien, alors ! ». Absolument pas. Le commissaire est victime des chromosomes de sa génitrice. Il porte en lui un lourd secret qu’il ne peut partager avec personne. La même maladie qui a conduit sa mère à la folie. Il voit les morts au moment où ils agonisent. Tous les lieux qui ont été le théâtre d’un décès sont un véritable cauchemar. Et il sait pertinemment, en en étant lui-même la preuve, que c’est une tare qui se transmet à la progéniture.

Cette particularité du laconique commissaire est présente dans tous les romans qui le concernent. Mais là, le commissaire arrive à un point de non retour… A côté de ses soucis personnels, il est confronté à une nouvelle enquête. Le meurtre d’un riche marchand de tissus. Comme toujours, la saison où se déroule l’histoire coïncide avec celle de la parution de l’ouvrage. On est donc en plein automne, dans une Naples pluvieuse et sombre.

Vincenzo (dit Vinnie), boxeur professionnel rentré d’Amérique après quinze années d’absence pour retrouver Cettina, son ancienne flamme, est le coupable idéal. Cettina est en effet l’épouse de Costantino Irace, la victime. La veille du meurtre Vinnie l’avait ouvertement menacé en public.

Comme dans les précédents livres de De Giovanni, la narration ne suit pas l’enquête de façon linéaire. Elle fait des détours, elle emprunte des chemins secondaires pour nous raconter des histoires parallèles peuplées de personnages drôles et touchants. Une expérience de lecture plaisante et parfaite pour égayer les mornes journées automnales.

Informations pratiques
  • Maurizio De Giovanni, Nocturne pour le commissaire Ricciardi, traduit de l'italien par Odile Rousseau, Rivages, 22 €