livres

Publié le mardi, 22 janvier 2019 à 09h35

Les Couleurs de Fosco, roman de Paola Cereda

Par Stefano Palombari

Les Couleurs de Fosco - couverture

Fosco est un petit village sur une falaise en bord de mer. Fosco a sa pizzeria, sa blanchisserie, son café, son boucher. Fosco a ses enfants : ‘Ngiulino, Rocco, Irene. Fosco a un escalier « qui ne mène pas à la mer ». Et c’est là tout le problème. On voit sur la falaise un début d’escalier mais… On ne peut pas atteindre la plage qui se trouve juste en-dessous. Pourquoi ? Parce que Don Totunno en a décidé ainsi.

On découvre alors qu’à Fosco, on ne peut rien faire sans l’accord de Don Totunno. Car Fosco se trouve en Calabre, région gangrenée par la ‘Ndrangheta. Don Totunno, comme tous les chefs de cette organisation, a un pouvoir de vie ou de mort sur les habitants du village. Il n’hésite pas à faire éliminer l’un de ses hommes, tout en sachant que les accusations de traîtrise étaient fausses.

Mais lorsqu’on est une jeune fille pleine de vie, d’espoir et d’imagination on pense pouvoir changer le « cours naturel des choses ». Irene, fille de Rosario et Nuzza, est une nature artistique. Elle ne peut pas s’empêcher d’imaginer un monde différent.

Nuzza en est désespérée : « Sa fille avait le vice de dessiner et pas moyen de lui arracher le crayon des mains (…) Chacun de ses gestes, chaque pensée, prenait la forme d’un coup de crayon ». Un monde de tendresse et de liberté. Les enfants ont le « vice de l’espoir ». Et le trio de copains, Irene, Rocco et ‘Ngiulino, qui n’est rien d’autre que le fils de Don Totunno, vont tenter de s’attaquer à la loi d’obéissance aveugle qui demeure immuable depuis des générations à Fosco.

Puis viennent « les trois nuits de l’abondance », qui par ailleurs est le titre du roman dans sa version originale. Et c’est le vide. L’imagination prend le pouvoir. Irene repeint Fosco aux couleurs du désir. Et un désir tellement puissant et désespéré peut impacter le réel.

Les Couleurs de Fosco est un livre magnifique. Un texte très poétique. Paola Cereda réussit à dénicher le merveilleux et la couleur sous la couche terne et épaisse du cynisme, du renoncement, de la capitulation. La ténacité subversive de la jeunesse défit avec courage l’ordre immuable des lois humaines… et inhumaines.

Informations pratiques

Les Couleurs de Fosco, de Paola Cereda, Autrement, 21,90 €
Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous