livres

Publié le vendredi, 5 juin 2020 à 09h52

La religion de mon temps, recueil de poèmes de Pier Paolo Pasolini

Par Stefano Palombari

La religion de mon temps - couverture

Après la parution, il y a cinq ans, de Poésie en forme de rose, Rivage poursuit dans son action méritoire de diffusion des vers de Pier Paolo Pasolini avec la publication, en format poche, du recueil La religion de mon temps dans sa petite bibliothèque. Les poèmes de Pasolini ont toujours quelque chose d’émouvant. Ses poèmes lui octroient une liberté que la prose, à cause de ses règles plus strictes, ne lui permet pas.

Dans la longue et fort intéressante préface à l’ouvrage, René de Ceccatty, qui en est également le traducteur, explique que pour Pasolini les vers étaient une forme assez habituelle d’expression. Il les mettait un peu partout : Romans, essais, scenarios, articles… Les vers permettent des entorses à la syntaxe qui les rendent donc plus flexibles, plus malléables et donc plus adaptés pour rendre la réalité dans son immédiateté. « La poésie est équivoque et se prête au malentendu ».

C’est en 1961 que le recueil est paru en Italie. Une période très féconde pour l’auteur qui travaillait à son premier long-métrage, Accattone. Il s’agit du troisième recueil de poèmes publié par Pasolini après La meglio gioventù, Le ceneri di Gramsci et L’usignolo della chiesa cattolica. La religion de mon temps sera suivi, trois ans plus tard, de Poésie en forme de rose.

Le rapport entre Pasolini et la religion a toujours été plutôt problématique. «  Cette religion est donc le plus souvent, à ses yeux, une absence de piété et une absence de pitié contre laquelle il vitupère » glose Ceccaty. Emblématique de cette conflictualité est le poème éponyme : « ces cœurs de chiens, ces yeux profanateurs, ces immondes disciples d’un Jésus corrompu ».

La religion de mon temps est dédié à Elsa Morante. Pasolini et Elsa ont été pendant longtemps très proches. Il avait beaucoup d’estime pour la personne et pour son œuvre : L’Isola d’Arturo et Il mondo salvato dai ragazzini. Mais à la publication de La Storia, en 1974, la réaction de Pasolini fut si dure que leurs rapports cessèrent totalement. La mort soudaine de Pasolini, tué sur une plage d'Ostie l’année suivante, empêcha toute réconciliation.

Informations pratiques

Pier Paolo Pasolini, La religion de mon temps, Rivages poche, traduction, notes et préface de René de Ceccatty 9,90 €
Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous