livres

Publié le mardi, 21 juin 2022 à 14h31

La Main de Dieu, roman de Valerio Varesi. Natura omnia cernit

Par Stefano Palombari

La Main de Dieu de Valerio Varesi - couverture

Avant tout, pour dissiper tout malentendu, Maradona n’a aucun rôle dans ce beau roman de Valerio Varesi. Ni d’ailleurs le film de Sorrentino. Le livre de Varesi a paru en Italie il y a 13 ans. Maradona était vivant et l’expression pas encore galvaudée. L’intrigue se déroule dans les montagnes au sud-ouest de la ville de Parme, la partie des Apennins qui marque la frontière entre l’Émilie Romagne et la Toscane, là où le commissaire Soneri a passé sa jeunesse, là où naît le torrent Parma qui traverse la ville homonyme.

L’eau est l’une des clés du roman. Un cadavre est repêché du torrent Parma sous un pont au beau milieu de la ville. Le commissaire Soneri est chargé de l’enquête. Son instinct de limier le conduit sur les montagnes, à la source du torrent. Entre montagnards hostiles, néoruraux idéalistes, un prêtre communiste et un couple de jeunes en détresse… le commissaire sent que la solution de l’énigme se trouve cachée quelque part dans cet endroit féerique d’une beauté insolente. Une beauté menacée par la spéculation de ceux qui n’ont plus d’yeux pour la remarquer et l’apprécier.

On est en plein hiver. Des conditions météo extrêmes coupent les déjà rares voies de communication. Les protagonistes du roman se trouvent donc coincés, contraints à une promiscuité qui exacerbe les contrastes. Ce lieu magnifique, ciselé par la main de Dieu, dévoile son visage cruel.

Varesi signe avec La main de Dieu l’un de ses plus beaux romans. La beauté abrupte du paysage est magnifiquement rendue par une maîtrise surprenante de l’outil littéraire. Dès les premières pages, le lecteur est projeté sur les montagnes enneigées. Il frissonne à l’unisson des protagonistes. Les personnages, jamais banals, y compris les figurants, ont tous leur étincelle de vérité, de vie. Le meurtre est un prétexte pour une réflexion profonde sur la nature, et notre rapport à elle. A ajouter sans tarder à la liste des lectures pour l’été.

Informations pratiques
  • Valerio Varesi, La Main de Dieu, traduit de l'italien par Florence Rigollet, Agullo, 21,50 €
  • Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous