cinéma

Publié le jeudi, 20 mai 2021 à 09h24

Il mio corpo, film de Michele Pennetta, le 26 mai 2021 au cinéma

Par Valérie Mochi

Une scène du film Il mio corpo

Le film de Michele Pennetta Il mio corpo devait sortir en salles en novembre, puis en décembre puis, on ne savait plus, mais le voilà enfin, le 26 Mai 2021 au cinéma! Heureusement il a eu la chance de pouvoir participer à des festivals importants en dehors des confinements et il a gagné plusieurs prix (Acid au Festival de Cannes, Visions du Réel à Nyon et au Festival du Cinéma Italien d’Annecy). Film documentaire faisant fictionner le réel, c’est un voyage à la fois pudique et haut en couleurs dans la Sicile des bas fonds. Les deux personnages, Oscar, fils de ferrailleur et Stanley, migrant, évoluent chacun de leur côté, suivant leur destin. La simplicité de leur vie difficile devient poésie, ils suivent leur route, un voyage initiatique, presque mystique qui leur laisse entrevoir l’espoir d’une vie meilleure.

Le réalisateur s’explique : « J’étais fasciné depuis toujours par la Sicile et je me suis rendu à Catane où j’ai réalisé en 2013 le premier film de la trilogie, ‘A iucata. Je suis tombé amoureux de l’île ainsi que de sa face cachée. Dans chacun de mes films, je m’intéresse à des personnages marginaux, invisibles aux yeux de la société. J’ai voulu montrer ce monde de laissés pour compte. Pendant que je tournais mon premier film, j’ai été témoin de problèmes liés aux flux migratoires. Dans tous mes documentaires, je me pose la question du point de vue. Comment regarder la réalité de l’immigration de manière inédite ? Je pense qu’à l’époque je n’étais pas assez mur pour parler de ce sujet. Il m’a fallu cheminer intérieurement et artistiquement.

Dans mon film suivant, Pescatori di corpi (2016), j’ai testé un dispositif basé sur des histoires parallèles que je reprends dans Il mio corpo. Mais avec ce dernier film, j’ai brouillé davantage la frontière entre le documentaire et la fiction. J’ai toujours travaillé cet aspect dans mes films précédents mais la volonté d’abolir cette limite est plus forte ici. Au départ, je voulais filmer les mines de soufre. Je savais que la Sicile était le premier producteur au monde jusqu’aux années 1970-1980. Sur place, j’ai vu ces mines abandonnées qui sont devenues pour certaines des décharges. En Sicile, le traitement des déchets est un gros problème. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’était la région la plus riche après Turin. Aujourd’hui, il ne reste plus que des vestiges de cette richesse. Les gens sont partis quand les mines ont fermé, entraînant la disparition du seul pôle d’activité. C’est en faisant mes repérages que j’ai rencontré Marco et sa famille. Le métier de ferrailleur est l’un des plus courants pour ceux qui sont restés. Je pensais que Roberto, l’aîné de la fratrie, serait le personnage principal avant qu’Oscar ne s’impose comme celui-là. »

En exclusivité au cinema MK2 Beaubourg dès le 19 mai 2021 en attendant la sortie nationale le 26 Mai prochain. Article plus complet paru précédemment sur l’Italie à Paris (ici)

Informations pratiques
  • Sortie nationale le 26 mai 2021

Jeu-concours des places à gagner (terminé) réservé aux abonnés à notre lettre