cinéma

Publié le vendredi, 21 octobre 2022 à 10h03

Francesco Rosi, Main basse sur la ville et Cadavres exquis de retour en salle

Par Stefano Palombari

Rod Steiger dans une scène de Main basse sur la ville

Deux films iconiques du cinéma de Francesco Rosi vont bientôt - à partir du 16 novembre 2022 - repasser par les salles de cinéma en version restaurée. Francesco Rosi est peut-être l'un des réalisateurs italiens les plus politisés. Cadaveri eccellenti, traduit en français par un improbable et ambigu Cadavres exquis qui peut détourner le sens vers un "jeu surréaliste", est un film politique. Derrière l'intrigue d'un polar, rythmé et bien saignant, la métaphore de la "stratégie de la tension" que l’État italien a mis en place à partir de la fin des années 1960, est bien lisible. Le casting du film est extraordinaire : Lino Ventura, Max von Sydow, Renato Salvatori, Fernando Rey...

Le plus célèbre des deux films est certainement Mani sulla città (Main basse sur la ville). Un film qui dénonce la spéculation immobilière dans les années 1960. En ces années-là, l'Italie se transforme. C'est la grande époque des palazzinari, les constructeurs sans scrupule qui s'enrichissent avec l'argent public et la corruption de la classe politique. L'action se passe à Naples où un excellent Rod Steiger incarne Nottola, un entrepreneur avide qui est également assessore (adjoint au maire) de la ville de Naples.

Au scandale financier s'ajoute le drame humain. Dans leur soif d'enrichissement, les constructeurs, et la classe politique qui les épaule, n’hésitent pas à mettre en péril la vie des habitants des logements existants. Petite anecdote, le bureau d'Edoardo Nottola (Rod Steiger) se trouve dans le premier grattacielo di Napoli (tour de Naples), réalisation très controversée des années 1950. Il fait 100 mètre de haut, avec une vue salissante sur le port de Naples. Il abrite actuellement l’Ambassador’s Palace Hotel.

Informations pratiques
  • Sortie en salle le 16 novembre 2022 en version restaurée

Jeu-concours des places à gagner (terminé) réservé aux abonnés à notre lettre