livres

Publié le mercredi, 6 juillet 2022 à 09h14

Et Baboucar marchait devant, de Giovanni Dozzini

Par Riccardo Borghesi

Et Baboucar marchait devant - couverture

Pensez à quatre jeunes africains marchant en ligne, le long de routes poussiéreuses, sous les rayons incléments du soleil d'août. Ils portent des tennis défraîchies, des casquettes avec des écritures incongrues, des tee-shirts trop grands récupérés on ne sait où, des sacs à dos et des sacs plastiques pleins de choses indéfinies. Ils marchent sur des chemins où les autres ne marchent pas, dans des banlieues industrielles, sales et désordonnées. Dans leur main, ils tiennent un téléphone portable, la chose la plus précieuse au monde.

Beaucoup se seront demandés où vont ces jeunes gens qui parcourent depuis des années la campagne et les provinces italiennes. Avec son livre magistral, Dozzini tente d'apporter une réponse, en marchant à leurs côtés le long de ces routes poussiéreuses, en nous faisant vivre avec eux l'espace d'une journée.

Au fil de ces 24 heures, avec un réalisme documentaire, résultat d'une fréquentation humaine évidente, grâce à un regard presque anthropologique, bienveillant certes, mais d'une justesse millimétrée, nous comprendrons ce que sont ces existences tombées dans les interstices de nos sociétés. Nous partagerons leurs espoirs, leurs peurs, leur besoin de normalité (un match de football à la télévision, une journée à la plage). Nous affronterons les interfaces de l'État avec la même crainte (Carabiniers vérifiant leurs permis de séjour, contrôleurs des trains, médecins des urgences).
Mais en même temps, nous découvrirons (pour ceux qui ne le savent pas encore) qu'une bonne partie de la société n'est pas aussi hostile que ce que nous lisons dans les journaux. Qu'il y a des volontaires d'Arci à appeler en cas de besoin, de vieux pêcheurs qui offrent le toit d'un hangar abandonné pour passer la nuit, des carabiniers sévères mais bienveillants et compréhensifs, des gens prêts à parler et à essayer de comprendre. Symboliquement dans le livre, comme dans la vie réelle, la bienveillance et la compréhension ont un visage, tandis que la méfiance et le racisme restent indéfinis, lointains, cachés dans la masse. L'ignorance est le moteur des peurs et des pulsions les plus néfastes de notre société, sur lesquelles vient se greffer l'opportunisme de pique-assiette des politiciens identitaires.

Mais attention, la beauté du livre ne se limite pas à sa seule valeur sociale. L'écriture sobre et sans rhétorique, objective et factuelle, porte des traces poétiques évidentes. Une poétique des marges qui s'exprime dans les descriptions de lieux abandonnés, comme les plages jouxtant des complexes industriels. Mais aussi de situations de friction entre mondes distants, comme la description magistrale de la fête villageoise où les jeunes assistent, ébahis et amusés, à un concert de "ballo liscio".

En attendant que ce livre beau et amusant trouve sa place dans les programmes scolaires, je vous invite à en faire une lecture estivale, pour sa charge humaine, pour son pouvoir lénifiant, pour sa force apaisante contre des peurs factices qui s'évanouiront après avoir passé une journée en marchant sous le soleil d'août derrière Baboucar et ses compagnons d'infortune.

Informations pratiques
  • Giovanni Dozzini, Et Baboucar marchait devant, traduit de l'italien par Marguerite Pozzoli, Actes-Sud, 21,30€
  • Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous