livres

Publié le samedi, 28 mai 2022 à 10h46

Comment devenir vivant. Manuel pour lecteurs sauvages de Giuseppe Montesano

Par Riccardo Borghesi

Comment devenir vivant - couverture

Il arrive de plus en plus souvent, en se promenant en ville ou assis dans un train, de se retrouver entouré de personnes absentes, les yeux perdus dans les écrans de leurs téléphones. Il arrive aussi d'apercevoir des couples d'amoureux ou des amis assis au bar pris par des échanges virtuels qui excluent leurs voisins. De voir des gens au regard aimanté par leur portables traverser la rue au feu rouge, comme des lemmings courant vers la falaise. Cette psychose incantatoire qui a englouti les sociétés contemporaines est une forme moderne d'esclavage, de contrôle des masses. Mais ce mécanisme fondé sur la banalisation de la superficialité, sur le renoncement à la compréhension de la complexité et à la critique des choses du monde, visant à créer des consommateurs anxieux, voraces et manipulables, a un antidote.

Voici la bonne nouvelle que Montesano veut communiquer dans son pamphlet : le poison a un antidote. Un antidote qui pourrait ramener les masses hypnotisées à la conscience du présent, à la vie. Mais l’exorcisme libérateur est compliqué à appliquer, il demande du temps, de la volonté, de la concentration, tout ce dont le citoyen consommateur est privé par la voracité du système.

L'antidote dont parle l'auteur n'est autre que la lecture profonde, c'est à dire une lecture qui prend le temps de comprendre, une lecture qui cherche les signes cachés, les renvois, qui construit des liens avec d'autres auteurs, d'autres textes, d'autres disciplines, d'autres temps. Et attention, la lecture profonde ne relègue pas le lecteur dans la seule sphère de la littérature, mais l'entraîne dans l'océan sans limites du savoir humain, allant de la science à la philosophie, en passant par la littérature et l'histoire. La lecture profonde peut réactiver des mécanismes, mis en sommeil, atrophiés par l'externalisation de notre conscience, par la délocalisation du principe vital. Et en réactivant ces mécanismes intellectuels, elle va aussi réactiver nos sens endormis.

Dans cet agile pamphlet, Giuseppe Montesano, essaie de donner au lecteur, comme il a donné à ses étudiants lycéens auxquels le livre est dédié, les clés pour accéder à ce monde libéré, dans lequel la conscience pourrait renaître à une vie nouvelle. Exemples et contrexemples ponctuent ce livre court, cultivé et imagé, animé par une vis désespérément rebelle mais finalement riche d'un optimisme humaniste qui, au terme de la lecture, laisse la conscience du lecteur prête à accueillir à nouveau l'espoir.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Montesano a été dans sa jeunesse un grand romancier, avec une écriture avant-gardiste, violente, volcanique et poétique. Puis il est passé à autre chose, à l'enseignement, à la traduction (par exemple de Baudelaire, auquel il a consacré une belle biographie), à l'écriture d’essais, et au combat pour réveiller les consciences. Mais la qualité de son écriture, pour ceux qui ont aimé ses romans, demeure intacte aussi dans ces pages.

Malheureusement, la langue, dans la version française, a été lissée à mon avis par une traduction un peu trop volontariste, poussée par un besoin d'améliorer le texte, de le rendre plus linéaire, plus digeste, au prix parfois de lui faire perdre sa force poétique. Cela dit, le soin et l'élégance de l'édition sont tels que les défauts de la traduction finissent par se faire oublier.

Informations pratiques
  • Giuseppe Montesano, Comment devenir vivant, traduit de l'italien par Clément Van Melckebeke, Atlantiques déchaînés, 19 €

Vous pouvez commander ce livre, en italien ou en français, sur le site de La LIbreria