cinéma

Publié le vendredi, 27 août 2021 à 09h44

Tous les Monstres de Dino Risi à La Cinémathèque Française

Par Valérie Mochi

Vittorio Gassman dans une scène de Valse d’Amour (Tolgo il disturbo)

A compter du 2 Septembre 2021 la Cinémathèque propose une rétrospective exhaustive de l’œuvre prolifique de Dino Risi, plus de cinquante films, une sélection d’une quinzaine de courts métrages, les comédies des années 50 qui lui apportent le succès Pain, amour, ainsi soit-il (Pane, amore e...) et lui permettent d’enchaîner les tournages, les années 60 qui mettent en évidence sa veine satirique Une vie difficile (Una vita difficile), Le Fanfaron (Il sorpasso), Les monstres (I mostri), les années 70 plus politiques et son plaisir à décrire tous les vices et contradictions de ses compatriotes, Au nom du peuple italien (In nome del popolo italiano), La femme du prêtre (La moglie del prete), les années 80 sur un registre plus « sérieux » Fantôme d’amour (Fantasma d'amore) et enfin les années 90 Dernière valse (Tolgo il disturbo) qui célèbrent sa dernière collaboration avec l’immense acteur Vittorio Gassman, complice d’une vie de cinéma.

Une longue carrière. Risi s’adapte aux différentes modes du cinéma italien au fil de sa filmographie tout gardant son originalité. Il développe avec une précision chirurgicale les différentes facettes de son monde foutraque, peuplé de monstres en tous genres, excités, drôles effrayants, désespérés, obsédés. Des monstres du quotidien que Gassman interprète avec une vigueur exceptionnelle et une folle originalité, accompagné d’une bande d’acolytes tous plus détraqués les uns que les autres, Ugo Tognazzi, Nino Manfredi, Giancarlo Giannini… et des actrices fidèles, Sophia Loren, Laura Antonelli

Risi, malgré son succès précoce ne cède pas aux sirènes de l’Amérique ni d’ailleurs, son intérêt est intrinsèquement dirigé vers les Italiens, dont il connaît l’âme et sait magnifiquement l’exposer sur grand écran. Pirandellien, il est passé de ses études de psychologie à une capacité d’observation d’analyste éprouvé, il montre avec finesse, humour et sarcasme toutes les errances et les excès de l’âme humaine. Il est le génial marionnettiste qui tire toutes les ficelles de ses pantins obéissants, ses personnages, des silhouettes, portent les masques de toute la panoplie de caractères italiens, sympathiques, drôles, naïfs, stupides, fourbes, veules de ses congénères… pas des héros, juste habiles à « l’arte di arrangiarsi ».

La rétrospective de la Cinémathèque s’accompagne d’une sortie en salles de trois films avec Vittorio Gassman qui prolongent le cycle commencé par le distributeur Les Acacias, Au nom du peuple italien (In nome del popolo italiano) film d’ouverture de la cinémathèque, L'Homme à la Ferrari (Il tigre) et Parfum de Femme (Profumo di donna).

Informations pratiques
  • a Cinémathèque française
  • 51 Rue de Bercy - 75012 Paris
  • A partir du 2 septembre 2021

Tarif préférentiel 4€ au lieu de 7€ avec le code DRITALIEAPARIS sur la billetterie en ligne (toutes les séances)

Jeu-concours des places à gagner pour pour la séance d'ouverture Au nom du peuple italien et pour la conférence du 9 septembre, réservé aux abonnés à notre lettre
(pour participer au concours, cliquez sur ce lien et répondez aux trois questions)