livres

Publié le lundi, 6 janvier 2020 à 09h41

The Game, nouveau livre d'Alessandro Baricco

Par Deborah D'Aietti

Alessandro Baricco The Game - couverture

Alessandro Baricco est un polygraphe : son œuvre, déjà conséquente, se compose de romans, d’essais philosophiques, d’esthétique, de musicologie, des pièces de théâtre. Souvent désigné comme un « auteur à succès », Alessandro Baricco intervient aussi bien dans la presse, à la télévision et à la radio. Il a même refusé le poste de Ministre de la Culture proposé par Matteo Renzi.

Il revient aujourd’hui avec un nouvel essai, The Game, qui se place dans la continuité de son livre précédent, Les Barbares. Ce dernier montrait que l’invasion numérique ne signifiait pas « la destruction programmée de notre civilisation raffinée » mais que c’était « une mutation qui allait bientôt générer une nouvelle civilisation ».
The Game interroge le concept de révolution numérique, qu’Alessandro Baricco appelle « insurrection numérique ». Il explique qu’elle est née d’une révolution mentale qui a provoqué une révolution technologique.

Afin d’analyser cette révolution numérique, Alessandro Baricco entreprend un travail « d’archéologue » en étudiant chronologiquement les items qui composent le Game : on va de Space Invaders, en passant par le PC d’IBM, le Commodore 64, le Macintosh d’Apple, le SMTP, Internet, le CD, le World Wide Web, le MP3, Calabra (aujourd’hui Amazon), le DVD,Windows 95, Google, Wikipédia, , Blackberry, Quark… pour en arriver à nos réseaux sociaux, à l’iPhone, aux applis, à AlphaGo…

Alessandro Baricco contextualise ainsi la création et l’utilisation d’outils numériques qui se sont aujourd’hui parfaitement fondus dans notre quotidien. L’auteur n’hésite pas à en jouer, en invitant malicieusement le lecteur à cocher les cases « auxquelles nous consacrons chaque jour une part non négligeable de notre temps ». Parmi ces cases: Wikipédia, Facebook, Skype, Youtube, Netflix, Airbnb, Whatsapp…« ça en fait un paquet, hein? A se demander comment on occupait nos journées avant ».

Afin d’éclairer son raisonnement, l’auteur cartographie et classifie tous les items cités plus haut en différents ilots. Cette schématisation permet d’amplifier la portée de son analyse et surtout de faire naviguer le lecteur dans la géographie du Game. L’objectif : nous aider à y voir plus clair dans cet historique et prendre du recul vis-à-vis de la place que prend le numérique dans nos vies aujourd’hui.

Cet essai est loin de n’être que l’exposition aride d’une théorie : il se lit de façon agréable, à la première personne, dans un style clair, avec une vocation didactique, tout en légèreté. Le fond rejoint alors la forme : The Game révèle l’incroyable place du divertissement dans notre société, à l’image du style d’écriture choisi par l’auteur. Par exemple, l’auteur raconte la présentation de l’IPhone par Steve Jobs en janvier 2007 : « A côté des autres smartphones sur le marché, c’était clairement Space Invaders comparé au baby-foot. Il avait au moins deux générations d’avance et était sans nul doute le produit de cerveaux qui avaient tout repensé depuis le début, oubliant les logiques traditionnelles. On n’avait pas besoin de l’allumer, il suffisait de le regarder. Les autres smartphones avaient des touches minuscules qui vous guettaient en ricanant. Lui n’en avait qu’une, rassurante, ronde, en bas au centre : presque paternelle. Les autres smartphones étaient de petits ordinateurs fiers de l’être. Lui était un ordinateur qui faisait semblant d’être un jeu. Et qui y réussissait fort bien ». Dans ce passage, le nouveau monde, que laisse entrevoir l’IPhone, vient clairement s’opposer à l’ancien monde (ce que Space Invaders est au baby-foot). Alessandro Baricco s’amuse dans cette description, par le choix de ses mots, par les rythmes de ses phrases et par l’apostrophe au lecteur.

Cette oralité, plaisante à la lecture, souligne sa vision de l’insurrection numérique. L’outil ludique peut être un nouvel humanisme, non pas en étant une finalité, mais en l’utilisant comme un levier pédagogique.

Informations pratiques

Alessandro Baricco, The Game, traduit de l’italien par Vincent Raynaud, éditions Gallimard.
Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous