cinéma

Publié le mardi, 25 juin 2019 à 09h47

Rétrospective Mario Bava à La Cinémathèque française

Par Valérie Mochi

Une scène du film Danger, Diabolik ! de Mario Bava

Énorme Rétrospective à la Cinémathèque pour découvrir ou revoir les films de Mario BAVA du 3 au 28 Juillet et 5 films de Dario Argento dans les salles à partir du 27 Juin avec séance spéciale de Ténèbres pour se faire peur à minuit au Louxor le 30 Juin.

C’est un un programme alléchant avec près de 40 films du maestro Mario Bava que propose la cinémathèque : passer l’été au frais en frissonnant ou rougissant devant les films du maître du cinéma fantastique italien et l'un des créateurs du « giallo » c’est à dire policier ou film noir en français.

« Tout ce qui m'intéresse c'est l'homme seul dans sa chambre, l'homme qui finit par avoir peur de lui-même. (...) Il n' y a pas, il n'y a plus de monstres face à nous : les monstres c'est nous. » (Mario Bava)

Mario Bava est un artiste éclectique, capable d’aborder tous les genres de films populaires, horreur, vikings, péplums, fantastiques gothico-macabre, ou westerns spaghetti, ce qui compte pour lui ce sont les couleurs flamboyantes, l’exubérance des décors, les effets spéciaux, les trucages qu’il réalise lui même, et le travail sur la lumière et le cadre où il excelle : créer de l’illusion à partir de rien.

Un talent, un goût particulier pour l’image que confirment ses débuts, dans les années 40 en tant que chef opérateur de célèbres réalisateurs, tels Mario Monicelli, Dino Risi, Vittorio De Sica, Raoul Walsh ou encore Georg Wilhelm Pabst.

Il passe à la réalisation en 56 en reprenant le tournage du film Les Vampires que Riccardo Freda avait abandonné. Il dirigera alors près de 40 films, jusqu’à sa mort en 1980 malheureusement sans grande reconnaissance du public mais inspirant nombre de réalisateurs de Dario Argento à Ridley Scott et bien d’autres. Un fou de cinéma comme Edward qui partage des acteurs mythiques comme Boris Karloff.
Une période du cinéma où il a réussi à résister aux grosses machines, avec un cinéma artisanal

Autre maestro du « giallo » Dario Argento surnommé Le Maître de l’Horreur, il est aussi scénariste ce qui ne l’empêche pas de travailler sur la couleur, les techniques de prises de vue comme Mario BAVA. Il invente de nouvelles techniques et a plus de succès auprès du public que son aîné Mario Bava mais il est moins prolifique, 25 films dont 5 à voir ou à revoir cet été dans les salles des Écrans de Paris.

Informations pratiques

Tarif préférentiel 4€ la place de cinéma au lieu de 7€ pour obtenir la réduction, utilisez le code suivant lors de la réservation : MBAVA19IAP