cinéma

Publié le samedi, 26 août 2017 à 10h38

Les Fiancés, un film de Ermanno Olmi

Par Stefano Palombari

Les Fiancés de Ermanno Olmi - affiche

Le 27 septembre 2017 ressort en salles un petit bijou du grand réalisateur italien Ermanno Olmi malheureusement et injustement négligé par la critique et le public. Les fiancés est un film délicat et intimiste. On lit (les) pensées (des protagonistes) ''et leurs sentiments sur leur visage ; on devine leurs préoccupations sans qu’elles soient explicitement exprimées. Tout est nuances et délicatesse.'' (Télérama)

Giovanni et Liliana sont fiancés depuis trop longtemps et ça ne marche plus très fort entre eux. Elle s’ennuie, il le sent et ne sait que faire. Elle voudrait se marier tout de suite, il pense à l’avenir. Ouvrier dans une usine de Milan, il accepte d’aller travailler en Sicile pour gagner davantage et pour monter en grade. Une fois séparés, au lieu de s’oublier, les fiancés s’écriront, se retrouveront et leur amour reprendra vie.

Autrement dit, pas ou peu d’anecdotes. Comme dans Il Posto, mais plus encore que dans Il Posto, Olmi a voulu décrire plutôt que raconter. Ce qui l’a intéressé, c’est de peindre un personnage simple et solitaire et de le peindre à travers son travail et son milieu qui le conditionnent entièrement.

Giovanni, sans gaieté mais sans amertume, s’arrange d’un monde qu’Olmi nous décrit par petits tableaux : petit bal populaire, pension pour ingénieurs et ouvriers transplantés, carnaval sicilien, usine dévorante sous un soleil de fer, dimanches de désœuvrement.
C’est triste, étouffant et dur, mais ce n’est jamais sordide. Solitaire, Giovanni l’est pesamment. Cette vie qui lui est faite, il la vit sans résignation mais sans désespoir : Il a sa chance, non pas tant parce qu’il aime Liliana qui l’aime, que parce qu’il est solide et bien né. Et je soupçonne que, pour Olmi, tout homme, quelle que soit sa vie, a la possibilité de tenir. S’il est digne du nom d’homme.

Informations pratiques
  • En salles dès le 27 septembre 2017

Jeu-concours des places à gagner (terminé) réservé aux abonnés à notre lettre