livres

Publié le jeudi, 3 mai 2018 à 09h36

Le Temps de la Fête et des Roses, roman de Alberto Garlini

Par Deborah D'Aietti

Le Temps de la Fête et des Roses - couverture

Le Temps de la Fête et des Roses, constitue, avec Un Sacrifice Italien et Les Noirs et les Rouges, la trilogie sur l’Italie contemporaine d’Alberto Garlini. Publié en France en 2014, Les Noirs et les Rouges a d’ailleurs été vivement salué par la critique : il dépeint une fresque des années 70 italiennes, alors marquées par la violence engendrée par des engagements politiques extrêmes et conduisant à une fragilité du pouvoir de l’État.
Le Temps de la Fête et des Roses a été écrit avant Les Noirs et les Rouges, mais sa chronologie se situe après, sur une période d’une quinzaine d’années entre 1975 et 1990. Cet ouvrage porte sur l’insouciance de la jeunesse qui répond paradoxalement à la gravité de l’époque des années 80.

La particularité d’Alberto Garlini est d’inscrire l’histoire dans l’Histoire. Ainsi, on suit le parcours de Roberto et Riccardo, ces deux jeunes garçons qui se rencontrent fortuitement lors d’une exécution de cochon, typique d’une scène campagnarde. Elle témoigne d’un autre temps et se positionne en contraste avec les années à venir. C’est le passage à l’adolescence de Roberto, Riccardo, Chiara et de Pier, qui est un peu plus âgé qu’eux. Ce dernier est peut-être d’ailleurs à la fois le plus fougueux dans ses actes mais le plus lucide sur son temps.
C’est la transformation de l’insouciance en conscience ; que l’invincibilité de la jeunesse est faillible. Les destins de ces jeunes gens s’entremêlent ; pour certains, ils se séparent, mais sont indéniablement liés les uns aux autres, parfois grâce à l’amour, mais aussi au tragique.
Ce roman aurait pu être un roman d’apprentissage contemporain, puisque l’on suit, pas à pas l’évolution de ces jeunes personnages ; l’addiction amènera certains à une errance irréversible, ne permettant pas un épanouissement unanime.

La frénésie des années 80 est également illustrée par le voyage autour du globe à travers les chapitres : le lecteur part d’Émilie-Romagne, puis est transporté au fil des pages : de Parme à Rome, Peshawar, Tampa Bay, Ibiza, Lignano... Franco, le père de Roberto et éminent journaliste au Corriere della Sera, est le témoin de cette époque survoltée.
Par son écriture riche de métaphores et de symboles, Alberto Garlini réalise des images instantanées de tous ces lieux, témoignant d’une précision à la fois géographique et lyrique. Il décrit chaque environnement, en la transformant en réalité sublimée.

L’intrigue est marquée par de grands moments : la mort de Pasolini « Avec le sang de Pasolini, une époque s’est achevée, tandis qu’une nouvelle ère doit encore naître. »… mais aussi la guerre en Afghanistan, la découverte du Sida, que l’on ne nomme pas encore comme tel…

Une fois le livre refermé, son titre, le Temps de la Fête et des Roses (Tutto il mondo ha voglia di ballare dans sa version originale) sonne comme une ironie ; à l’image des réflexions de Riccardo, lorsqu’il se retrouve seul dans les rues d’Amsterdam : « Il songe combien autrefois, il y a trois ou quatre ans, c’était beau d’imaginer des histoires de pirates balinais et de voyages en Amérique du Sud, dans lesquelles les volcans brûlaient les pierres et les agaves dressaient leurs épines tentaculaires vers le ciel. Quand la vie semblait n’être qu’une fête sans défense ». Les fleurs se réfèrent également aux images de l’histoire que Franco, le père de Roberto racontait à son fils lorsqu’il était petit. Ces fleurs seront aussi celles de couleur jaune que s’offrent à plusieurs étapes importantes de leur vie les amoureux, Riccardo et Chiara.

Le roman s’achève sur une Postface de l’auteur, expliquant les raisons qui le poussent à écrire et notamment pourquoi cette trilogie contemporaine. Alberto Garlini construit une œuvre qui va au-delà des mémoires ; dont le but est de montrer la réalité d’une époque à travers son vécu. Son travail est de partir de l’insignifiant pour traverser une époque dans toutes ses dimensions : la politique, les guerres, l’amour, un bon verre de vin, un morceau de musique…la vie, en somme. « C’est ça : écrire, c’est toucher l’insignifiant, du moins pour moi. Toucher ce qui met réellement nos vies en mouvement. Le vertige qu’il y a à vivre dans un roman vient de ce que l’on effleure l’invisible, la trace enfouie qui est la source d’un bouleversement. Effleurer l’invisible raison du visible. » Le Temps de la Fête et des Roses est un témoignage profondément littéraire d’une époque à la fois dans sa dimension historique et surtout dans sa dimension fictive.

Informations pratiques

Le Temps de la Fête et des Roses, de Alberto Garlini, Gallimard, 23,50 €
Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous