cinéma

Publié le jeudi, 23 décembre 2021 à 10h05

L'Honorable Anna

Par Valérie Mochi

Anna Magnani dans une scène du film L'Honorable Angelina

Angelina, l’héroïne du film de Luigi Zampa, L'Honorable Angelina (L'onorevole Angelina) de 1946, est une femme du peuple, mariée à un policier, mère de cinq enfants. Cette famille nombreuse habite un quartier abandonné de tout dans la périphérie de Rome, Pietralta. Les habitants sont pauvres et affamés, ils vivent dans des baraques et lorsque l’épicier du coin refuse de donner « la pasta » aux femmes en échange de leurs tickets de rationnement (on est à la fin de la guerre), une révolte éclate. Angelina furieuse, se bat contre l’épicier et elle gagne. Le groupe de femme se rebelle et met à sac le magasin et sa réserve. Elles découvrent après intervention de la police que l’épicier privait la population de nourriture pour la revendre au marché noir. Angelina, forte tête, dotée d’une intelligence pratique et d’un sens de la répartie hors du commun, est choisie par ses voisines pour les représenter devant les administrations, elle est leurs voix.

Privés d’eau, d’électricité et de transports, les habitants de Pietralta, lorsque les intempéries (inondations) viennent se rajouter à leurs malheurs, décident d’occuper illégalement des appartements voisins en construction. Angelina doit se battre avec plus de vigueur encore. Elle obtient de nombreux succès, à tel point que la presse parle d’elle et que certains lui prédisent une carrière de députée. En italien « Onorevole » est le titre attribué aux députés, à l’instar de « Cavaliere » ou « Commandatore », le film s’intitule donc Onorevole Angelina en référence à sa future mission.
Un rôle en parfaite adéquation avec la personnalité de l’actrice mondialement connue Anna Magnani.

Mais qui est Anna Magnani ?
Une des actrices les plus célèbres d’Italie, un tempérament de feu, une beauté nature d’une expressivité sans pareil, une figure de la romanité, une diva, un mythe. Née en 1908, elle représente une autre époque, mais elle demeure une star au jeu inégalé. Elle partage sa carrière entre le cinéma et le théâtre avec une énergie infaillible. Souvent elle incarne des personnages de mères confrontées à des situations extrêmes. Dans Rome ville ouverte (Roma città aperta) de Roberto Rossellini, elle est Pina, une femme forte, désespérée, hurlant sa douleur dans l’une des scènes les plus marquante du cinéma italien. Elle obtient la célébrité avec ce rôle puis passe à celui de mère exaltée dans Bellissima de Luchino Visconti. Celui d’épouse amoureuse dans La rose tatouée (The rose tattoo) de Daniel Mann lui vaut un Oscar. C’est la consécration et une carrière hollywoodienne, elle tourne avec Cukor, Lumet … puis revient devant les caméras italiennes pour interpréter une mère encore dans Mamma Roma de Pasolini et enfin, elle-même, un dernier hommage de Fellini à Nannarella la romaine par excellence, La Magnani, dans Fellini Roma.

Anna Magnani est capable de jouer tous les rôles, L'Honorable Angelina (L'onorevole Angelina) lui permet de laisser libre cours à son talent, dramatique et comique à la fois, car c’est un film dramatique mais non dépourvu d’humour et d’ironie. A la frontière entre le néo-réalisme et la comédie italienne, L'Honorable Angelina est réalisé par Luigi Zampa. Excellent technicien (magnifique plan séquence d’ouverture du film) et fin observateur du peuple italien, il laisse libre cours à son goût de la satire. Mordant, féministe avant l’heure, il met en scène des moments d’humour grinçant comme le désespoir des maris quand leur déjeuner n’est pas prêt, leurs femmes sont trop occupées à discuter politique et à tenter de sauver le monde.
Malheureusement il est trop tôt et la remise en question de la position de la femme dans la société de l’époque s’arrêtera en chemin, mais Luigi Zampa a le mérite d’avoir lancé le débat.

Énorme succès à sa sortie en Italie, le film atteint la quatrième place au box-office parmi les films italiens de la saison 1947-48 et La Magnani obtient la Coppa Volpi (Festival de Venise) de meilleure actrice et un Nastro d’argento (équivalent des Césars). Aujourd’hui c’est un document historique sur les conditions de vie de l’immédiat après guerre. Le quartier de Pietralta ne sera rénové que dans les années 80 et il a vraiment vécu les inondations, les promoteurs immobiliers sordides et la pauvreté.

Informations pratiques
  • Boîtier Digipack + fourreau STUDIO CANAL JB THORET. Contient : le Blu-ray du film (90’). Le DVD du film (86’)

Jeu-concours desDVD à gagner réservé aux abonnés à notre lettre
(pour participer au concours, cliquez sur ce lien et répondez aux trois questions)