livres

Publié le samedi, 29 octobre 2022 à 10h22

Ilaria Tuti, Fille de cendre. Les Soubresauts du passé

Par Solène Perronno

Fille de cendre - couverture

La commissaire Teresa Battaglia n’est plus que souffrance : son corps meurtri ne lui obéit plus et son esprit s’échappe peu à peu sous les coups de la maladie d’Alzheimer. Depuis sa cellule, le tueur en série Giacomo Mainardi demande à la voir, elle et elle seule. 27 ans plus tôt, c’est elle qui l’avait capturé et fait enfermer. L’homme s’est évadé il y a quelques semaines et après un nouveau meurtre, il s’est rendu sans raison apparente. Il se dit prêt à parler à Teresa. Aidée par l’inspecteur Massimo Marini, la commissaire va devoir plonger dans le passé pour dénouer les fils de son enquête.

J’ai eu du mal à rentrer dans ce polar de bonne facture mais trop alambiqué à mon goût. J’ai eu l’impression de commencer ma lecture au milieu de l’histoire. Peut-être est-ce parce que Fille de cendre suit immédiatement l’action de La Nymphe endormie que je n’ai pas lu ?

Les personnages sont pourtant tout à fait justes et rendus vivants par les mots de l’autrice mais je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Les allers-retours entre les différentes époques du récit m’ont également perdue ce qui a rendu ma progression dans le récit plus ardue. L’intrigue est néanmoins prenante ce qui m’a convaincue d’aller jusqu’au bout malgré tout. Sans doute vais-je m’attaquer aux autres romans d’Ilaria Tuti pour ne pas rester sur ma semi-déception.

Informations pratiques
  • laria Tuti, Fille de cendre, traduit de l’italien par Johan-Frédérik Hel Guedj, La Bête Noire/Robert Laffont, 20,90 €
  • Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous