cinéma

Publié le mercredi, 11 mars 2020 à 09h45

Festival international de films de femmes de Créteil, édition 2020

Par Amélie Ravaut

Verida Beitta Ahmed Deiche dans le film La Mariage de Verida

Du 13 au 22 mars 2020 aura lieu la 42ème édition du Festival international de films de femmes de Créteil (Val de Marne). Créé dans les années 70, il se voulait dès l’origine comme le défenseur du cinéma des femmes, à la croisée du féminisme et de l’action culturelle. Cette année, il accueille des réalisatrices du monde entier, dont trois cinéastes d’origine italienne.

Le festival s’organise autour de trois grandes compétitions internationales : longs-métrages fictions / longs-métrages documentaires / courts – métrages. Une section parallèle thématique est également récurrente ; cette année, elle a pour objet : « la Beauté : de l’ombre à la lumière », gageant d’offrir au public une vision multiple et complexe de cette représentation bien trop souvent fabriquée. Un colloque est à cette occasion organisé le jeudi 19 mars pour débattre « des » beautés. L’invitée d’honneur de cette édition est l’actrice Aïssa Maïga qui est notamment l’une des 16 actrices noires à l’origine de la publication de Noire n’est pas mon métier et qui donnera à ce sujet une masterclass le lundi 16 mars. A souligner également, l’hommage à Michèle Morgan et à Agnès Varda.

Dans la compétition court-métrage, Some kind of bond, de la réalisatrice Chiara Cavarzan, propose une réflexion autour de la disparition des êtres chers en plaçant sa caméra dans un cimetière afin de recueillir la parole des visiteurs. Se dessinent des relations complexes entre l’ici et l’ailleurs, avec cette idée de « lien » à conserver. Tout en retenue et délicatesse, des situations difficiles se racontent, des pertes dramatiques, mais qui n’ôtent rien à ce fil ténu qui nous relie aux autres.

Dans le cadre de la thématique « la Beauté », seront présentés deux documentaires de réalisatrices italiennes. Le mariage de Verida, de Michela Occhipinti, sorti en septembre dernier en France, met en scène la tradition mauritanienne autour de l’apparence de la future épouse. Celle-ci, pour plaire à son mari, doit prendre du poids et le personnage de Verida, dans le film, se voit contrainte, jour et nuit, à être littéralement gavée (voir lien de l’article lors de sa sortie).

Enfin, L’enfant que je serai, de la réalisatrice Alessandra Celesia, tourné dans une cité à Bondy, est un très beau portrait de femmes. Des institutrices d’une école primaire et leurs élèves, dans le cadre d’un programme, apprennent tous ensemble à jouer d’un instrument de musique. C’est l’occasion, pour la réalisatrice, de filmer des instants de partage, d’échange, de confidence. Le destin des institutrices et le quotidien des jeunes élèves filles se rencontrent en miroir autour de ce qui se perd et de ce qui se gagne dans la vie. Un film qui fait la part belle à l’apprentissage et à la transmission, notamment autour de la sororité.
De nombreux autres évènements seront également mis en place lors de cette 42ème édition.

Informations pratiques
  • Maison des Arts
  • Place Salvador Allende - 94000 Créteil. Tél. 01 49 80 38 98
  • date. Programme du festival en ligne : filmsdefemmes.com/