art et artisanat

Publié le samedi, 12 septembre 2020 à 10h26

Riccarda Montenero, Rue de l'Espérance, Exposition à la Galerie Mémoire de l'Avenir

Par Ilaria Venneri

Rue de l'Espérance

Mémoire de l’Avenir présente du 12 septembre au 10 octobre 2020 Rue de l’Espérance, un projet photographique de Riccarda Montenero réalisé entre 2015 et 2017.

Ce projet, composé de 90 images, déploie une narration sous tension, emmenée par des personnages réels ou mis en scène et un travail de la photographie quasi pictural, qui nous fait traverser les thèmes les plus importants de l’artiste : ceux liés aux passions de l’âme et du corps mais également ceux qui touchent à la discrimination et à la violence.

Le corps humain est le sujet fondamental du travail photographique de Riccarda Montenero. Il lui permet de représenter à la fois le temps, qui passe, le drame et l’action. Dans Rue de l’Espérance, l’artiste nous montre des corps en torsion qui cherchent à s’échapper ou des corps en latence donnant l’illusion que l’espoir les a quittés. Le corps, traité à la fois en tant qu’objet et sujet, lui permet de rendre tangibles des émotions et des sentiments, souvent déchirés entre des forces créatrices et des forces destructrices - Eros et Thanatos.

Principalement en noir et blanc, parfois en couleurs (sombres), ses photographies intègrent également des dessins autographes prenant des formes archaïques, qui, pour l’artiste, symbolisent les profondeurs et les méandres de la conscience. De même, souvent de manière spectrale, des mots, des graffitis, des fragments de peintures murales capturés dans les rues de Paris, viennent se superposer aux photographies. Les différents niveaux de profondeur qu’elle apporte ainsi à ses images permettent une immersion tout à fait singulière dans son travail.

De la rue, seuls ces éléments plastiques et graphiques semblent faire présence. De l’observation de ses œuvres nait le sentiment d’un huit clos où le drame se déroule. Le projet de Riccarda Montenero a débuté rue de l’Espérance située dans le 13eme arrondissement de Paris, notamment autour de ses graffitis. Pour autant on ne peut se défaire d’une lecture symbolique de ce nom et questionner l’idée de l’espérance que l’artiste semble vouloir amener. Le travail de Riccarda Montenero né avant tout d’une rencontre de l’autre et de l’observation de nos rapports à l’altérité. Si l’artiste, à travers ses œuvres et ses questionnements, en fait émerger les aspects souvent les plus sombres, c’est pour porter une voix vers de nouveaux paradigmes de vie en commun.

Très sensible au sort des plus vulnérables, aux injustices et à la violence Riccarda Montenero considère le rôle de l’artiste comme un rôle important d’implication et de sensibilisation à nos réalités sociales. L’artiste aime aussi s’entourer d’autres langages et univers pour dialoguer avec ses œuvres. Dans le cadre de cette exposition, elle a invité la réalisatrice Teresa Scotto di Vettimo qui présentera un court métrage « un véritable chemin de croix » tourné avec l’acteur Olindo Cavadini. Un regard incisif sur l’œuvre d’art en général et Rue de l’espérance en particulier.

Riccarda Montenero invite également Magali Nardi, compositrice et chanteuse de cabaret, dont le travail investi des thèmes chers à l’artiste (tels que la passion, la séduction ou l’amour) à présenter une performance autour de son personnage Betty Jane. Une soirée leur sera dédiée le 26 septembre prochain à partir de 18h.

Informations pratiques
  • Galerie Mémoire de l'Avenir
  • 45/47 rue Ramponeau 75020 Paris
  • Du 12 septembre 2020 au 10 octobre 2020