cinéma

Publié le vendredi, 15 juin 2018 à 09h29

Rétrospective Sergio Corbucci à la Cinémathèque française

Par Valentina Pasquali

Jean-Louis Trintignant dans une scène de Il grande silenzio

La Cinémathèque française organise du 9 au 29 juillet 2018 une rétrospective des films de Sergio Corbucci. Avec des films tels que Django avec Franco Nero dans le rôle-titre ou Il grande silenzio (Le Grand Silence) avec Jean-Louis Trintignant, le réalisateur et scénariste italien se vit étiqueté spécialiste du western « made in Cinecittà» et fut, avec Sergio Leone, l’un des inventeurs du western italien.

Sergio Corbucci (1927-1990) est l'un des inventeurs du western italien qu'il enrichit d'idées baroques (Django, 1966 ; Le Grand silence, 1968) quand il n'en fait pas le vecteur d'un discours anti-impérialiste (sa série « révolutionnaire » : Le Mercenaire, Compañeros).

Le cinéaste a pourtant débuté dès les années 1950, servant jusqu'aux années 1960 les genres à la mode comme la comédie (Les Deux Maréchaux, avec Totò) ou le péplum (Romulus et Rémus, Le Fils de Spartacus). Il fut l'un des piliers d'un grand cinéma populaire italien aujourd'hui disparu. C'est avec Django, et une poignée de films réalisés dans la foulée du succès de celui-ci, que le réalisateur Sergio Corbucci se vit étiqueté spécialiste du western « made in Cinecittà ».

Certes les films précédemment tournés par lui, dans le flux d'un cinéma de pur divertissement, ne lui avaient pas encore donné un nom, mais reconnaissons que le genre, auquel il donnera quelques titres de noblesse triviale, aura été seulement une étape dans une carrière menée au cœur du cinéma populaire transalpin et commencée au début des années 1950, après des études d'économie, une pratique de critique et des années d'assistanat, notamment sur des films de Roberto Rossellini.

Il est aujourd'hui difficile de juger des débuts de sa carrière tant les films qu'il a tournés dans les années 1950 sont devenus, concrètement, impossibles à voir. Sans doute le devine-t-on responsable d'œuvrettes alors au goût d'un public friand de larmes (Salvate mia figlia, Suprema confessione) et de chansonnettes (Carovana di canzoni).
A noter le samedi 21 juillet à 19h30 la projection du film "Il Mercenario" (Le Mercenaire) qui sera suivie d'une conversation autour du film et du réalisateur. Pour plus de détails sur les projections, consultez le programme sur le site de la cinémathèque.

Informations pratiques
  • La Cinémathèque française
  • 51 Rue de Bercy - 75012 Paris
  • Du 9 au 29 juillet 2018

Tarif préférentiel 4€ la séance au lieu de 6,5€ sur présentation du coupon L’Italie à paris