cinéma

Publié le jeudi, 29 août 2019 à 09h35

Projection du film Les Cent pas au cinéma Saint-André des Arts

Par Marco Lotti

Luigi Lo Cascio dans une scène du film Les Cent pas

Rendez-vous le 5 septembre 2019 au cinéma Saint-André des Arts pour la projection du film Les Cent pas de Marco Tullio Giordana, qui retrace la vie et le mort de Peppino Impastato. La projection est organisée en collaboration avec l'association Crim'Halt. La séance sera suivie d’un échange avec Fabrice Rizzoli, président de l’association Crim’Halt, chercheur et enseignant, docteur en science politique à l’université de Paris I, spécialiste de la criminalité organisée et des mafias italiennes.

Dans les années 60, Peppino Impastato, un jeune garçon issu d’une famille liée à la mafia, vit à Cinisi, une bourgade prés de Palerme. Sa maison se situe à cent pas de la demeure de Tano Badalamenti, le parrain local. Le père de Peppino veut faire de son fils un mafieux mais en grandissant, Peppino se rebelle. Idéaliste et militant, il s’emploie à lutter contre les pratiques de la mafia de manière originale. Il met alors sa vie en péril…

Né en 1948 à Cinisi, près de Palerme, dans une famille de mafieux, Peppino commence très tôt à s’attaquer à « Mafiopoli », ainsi surnommera-t-il sa ville, fief des Badalamenti, affiliés à cosa nostra. C’est précisément après le meurtre du beau-frère de son père, Cesare Mazella, «boss» notoire, perpétré par d’autres mafieux en 1963, qu’il prend conscience de ce dont la Mafia est capable.

Il ressent très tôt le besoin de s’engager pour « changer les choses » et choisit pour ce faire la voie de la politique militante. En 1965, il fonde le journal « L’idea socialista » (rapidement mis sous séquestre) ; à la même époque, il se rapproche du PSIUP (« Partito socialista di unità proletaria ») et en 1973, il adhère à la formation politique « Lotta continua ».

En 1976, toujours avec ses compagnons, il créé une radio indépendante, « Radio Aut », dont l’objectif est de diffuser un certain nombre d’idées et un type de culture alternatifs. Au cours des émissions il milite, entre autres, en faveur des droits des travailleurs et de ceux des femmes.

En 1978, il se présente aux élections municipales sur la liste du parti d’extrême gauche, « Democrazia Proletaria ». Dans la nuit du 8 au 9 mai 1978, Peppino est assassiné. On l’a attaché sur la voie ferrée, une charge de TNT placée sous son corps. Quelques jours plus tard, il est tout de même élu au Conseil Municipal.

"Mon père, ma famille, mon pays! Je veux m'en battre! Moi je veux écrire que la mafia est une montagne de merde! Moi je veux pouvoir hurler que mon père est un lèche-cul! Nous devons nous rebeller. Avant qu'il ne soit très tard! Avant de nous habituer à leurs visages! Avant de ne plus nous rendre compte de rien". (« Mio padre, la mia famiglia, il mio paese! Io voglio fottermene! Io voglio scrivere che la mafia è una montagna di merda! Io voglio urlare che mio padre è un leccaculo! Noi ci dobbiamo ribellare. Prima che sia troppo tardi! Prima di abituarci alle loro facce! Prima di non accorgerci più di niente! ») Peppino Impastato -Luigi Lo Cascio dans Les Cent pas.

Informations pratiques
  • Cinéma Saint André des Arts
  • 30 Rue Saint-André des Arts - 75006 Paris
  • Le jeudi 5 septembre 2019 à 20h30