théâtre

Publié le vendredi, 19 novembre 2021 à 09h48

La femme au bouquet de Desiderio Montironi au théâtre Comédie Nation

Par Marco Lotti

La femme au bouquet - affiche

A partir du 18 novembre 2021 (tous les jeudis jusqu'au 16 décembre 2021), la Comédie Nation vous propose La femme au bouquet de Desiderio Montironi, l'auteur de Gelsomina. Nos lecteurs bénéficient d'un tarif préférentiel.

« La femme au bouquet » est une femme à l'esprit pétillant. Elle aime dialoguer avec les fleurs, ses écrivains préférés et faire des pas de danse. Elle se souvient de l'homme avec qui elle a travaillé, dans une Institution, et à qui un jour elle a confié ses blessures. Cet homme va faire émerger en elle, une autre parole qu’elle n'imaginait pas pouvoir exprimer.

Le texte est écrit avec des flash-back, dans une structure quasi cinématographique et dans un langage poétique. L’Italie est présente par ses références littéraires (par exemple le poème de Leopardi « l’infinito » et aussi ses paysages, notamment la Sardaigne).

Que se cache-t-il derrière nos mots, nos regards, nos gestes, le clignement de nos paupières ? Comment traduire avec les mots, ce que recèle en nous l’existence, qui tantôt nous fait vaciller, tantôt affleurer l’éternité ? Qu’essayons-nous de dire, de cacher, quand nous parlons ? À toute parole, n’y en a-t-il pas une autre immergée, quotidienne, que nous dissimulons malgré nous ?

Une femme sur un chemin, au milieu d’un champ, cueille des fleurs sauvages. Un visage lui revient, celui d’un homme à qui elle a confié ses blessures. Tous deux travaillent dans une Institution, où rien ne doit paraître du malaise de chacun. À mesure qu’elle se remémore sa rencontre avec l’homme, elle confectionne un bouquet de fleurs sauvages qu’elle trouve en marchant. Elle se plaît à les énumérer, nommer leurs caractéristiques. Cet aparté floral va rythmer le texte et les propos échangés avec l’homme. Le rire, la complicité entre les deux, alterneront avec une parole plus grave. Des souvenirs vont lui revenir de l’enfance jusqu’à un âge plus récent, tantôt anodins, importants, drôles, formateurs…

Différentes temporalités vont donc parcourir le texte, imbriquées les uns aux autres, comme des poupées russes : le temps présent, avec sa présence à elle dans le champ, à cueillir des fleurs ; le temps passé, où elle se remémore sa conversation avec l’homme et celui plus lointain, de certains événements de sa vie, comme la mort de sa mère, sa séparation avec son ex-mari, son escapade nocturne avec un homme, son départ de l’Institution… L’espace aussi est pluriel. Le champ où elle se trouve est le seul réel. L’Institution (ses couloirs, son jardinet) avec l’homme à qui elle se confie est un lieu de recréation mentale ainsi que la Sardaigne où elle s’évade, à un moment de sa vie.

Il y a aussi l’espace fantasmé avec les écrivains qu’elle aime, avec qui elle converse. Tout ce foisonnement mental va contribuer à libérer une parole enfouie, inattendue, qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir dire. Elle s’amplifiera à mesure que le bouquet prendra forme.

Informations pratiques
  • Comédie Nation
  • 77 Rue de Montreuil, 75011 Paris. Tél. 01 48 05 52 44
  • Tous les jeudis du 18 novembre au 16 décembre 2021 à 19h

Tarif préférentiel 13 € au lieu de 18€, en signalant le code "La double spirale".