cinéma

Publié le dimanche, 11 août 2019 à 10h07

La Famille, chef-d'oeuvre d'Ettore Scola, ressort en copie restaurée

Par Amélie Ravaut

Vittorio Gassman et Stefania Sandrelli dans une scène de La Famille

Réalisé en 1987, La famille, d’Ettore Scola ressort en salles dans une version restaurée à partir du 21 août 2019. L’occasion de se replonger dans ce superbe film qui explore, sous un regard tendre et touchant, presqu’un siècle de l’histoire italienne sans jamais quitter la demeure familiale.

Ce n’est certes pas une gageure pour Scola qui, à plusieurs reprises, et notamment avec Une journée particulière (Una giornata particolare, 1977), est parvenu à faire signifier l’Histoire à travers le microcosme d’un immeuble, de nous faire « voir » et ressentir le Novecento sans jamais s’aventurer à l’extérieur. Avec La famiglia, il s’agit donc des pièces que constituent l’appartement de la famille du petit Carlo, nourrisson à l’ouverture du film, vieil homme fêtant ses 80 ans à la clôture.

Dans ce récit aux accents naturalistes, cette famille bourgeoise et intellectuelle va être tout autant traversée par les évènements du siècle que le siècle sera traversé par ses membres. Si la caméra de Scola ne quitte les lieux, c’est la bande-son et les dialogues qui se chargeront de faire entrer l’Histoire dans cette maison, et les personnages, qui vont et viennent, de la porter en eux.

Entrée dans le siècle, montée du fascisme, 2nde guerre mondiale, proclamation de la République, nouveaux modes de consommation ou encore années de Plomb, alimentent les échanges dialogués mais aussi les situations scénaristiques et les destinées des personnages. Tout autant qu’à l’extérieur, les rumeurs de la ville évoluent en adéquation avec le mobilier de la maison, les tenues vestimentaires ou encore la musique écoutée en famille. C’est aussi, par le biais d’une mise en scène fluide, à l’image de ses lents travellings récurrents dans le couloir, et alternant répétitions et variations, un portrait de famille.

Les générations vont se succéder, avec les joies et les peines, les naissances et les décès, les mariages et les ruptures, tout en conservant, de manière sous-jacente, le goût pour l’Art, la culture et la politique. Les bouleversements que connaît la société italienne n’entachent pas la ligne de conduite de Carlo qui offre ici le récit rétrospectif de cette destinée familiale, ni celle de Scola : mettre en récit le passé pour mieux se l’approprier et le porter en soi.

Informations pratiques

Sortie en salles en version restaurée le 21 août 2019

Jeu-concours des places à gagner réservé aux abonnés à notre lettre
(pour participer au concours, cliquez sur ce lien et répondez aux trois questions)