cinéma

Publié le mercredi, 3 mars 2021 à 09h28

L'Italie aux Journées cinématographiques

Par Marco Lotti

Le Quattro Volte - une scène du film

Dans quelques jours s'ouvrent les 21èmes Journées cinématographiques - La Part animale, une édition qui explore notre capacité à penser l'animalité, et notre devenir d'humanité à travers le prisme du cinéma. En raison de la crise sanitaire, le festival s'est adapté et propose une édition en ligne du 10 au 30 mars 2021, via le site internet du festival.

En partenariat avec les plateformes Festival Scope et Universciné, 48 films seront à découvrir - des films inédits, rares ou en avant-premières - ainsi que des ciné-conférence, table ronde et rencontres avec nos invités. (liste ci-dessous)

Dans le cadre de la programmation de cette année - toutes les séances sont gratuites en ligne sur Festival Scope - aura lieu la projection du film Le Quattro Volte de Michelangelo Frammartino, séance suivie d’une rencontre avec Michelangelo Frammartino. Le film sera exceptionnellement disponible sur FestivalScope pendant 7 jours, du lundi 15 mars 20h au 21 mars ! (et son film Il Dono est à découvrir dans notre sélection de films à prix réduits, à voir sur la plateforme VOD dédiée au cinéma indépendant Universciné.)

Le Quattro Volte, avec Giuseppe Fuda, Bruno Timpano, Nazareno Timpano, Artemio Vallone. Dans un vieux village de montagne en Calabre, un berger vit ses ultimes instants de vie. Il meurt entouré par ses chèvres. Au sein du troupeau, naît un chevreau. Mais, un jour celui-ci s'égare, se retrouve seul et grelottant de froid au pied d'un majestueux sapin. C'est cet arbre que choisissent les villageois pour célébrer la fête de la « Pita » : il est scié puis remis aux charbonniers pour monter le cœur de la meule. Il se mêlera au charbon de bois pour chauffer les foyers des villageois.

« Le Quattro Volte témoigne d'une curiosité contemplative pour les mystères et d'une réticence viscérale pour les artifices. Mais aussi d'un sens aigu de l'humour. Digne de Buster Keaton et de Jacques Tati, un long plan-séquence dont le héros est un chien vaut, à lui seul, d'être préservé dans les cinémathèques. A l'entrée du village, au croisement de deux routes, ce clébard endiablé perturbe la procession religieuse des habitants déguises en soldats romains, puis retire une cale sous la roue d'une camionnette stationnée en équilibre instable, qui dévale la pente et défonce en contrebas la barrière de l'enclos où le berger parquait ses chèvres. Ici, le réalisme extrême de cette fiction aux apparences de documentaire réinvente la mécanique des catastrophes en chaîne et l'art du cadavre exquis. » Jean-Luc Douin, Le Monde, 28 décembre 2010

Et, en présentiel, le samedi 3 avril à 16h, Médiathèque Gulliver (7 Rue du Plouich, 93200 Saint-Denis) les Journées cinématographiques montreront La Fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti (Italie-France/2019/animation/1h22/VF)

Informations pratiques