musique classique

Publié le dimanche, 27 octobre 2019 à 10h05

Juan Diego Flórez : Viva Verdi & Co.

Par Karima Romdane

Juan Diego Flórez - couverture

La Philharmonie de Paris vous propose lundi 18 novembre une soirée dédiée à Verdi en compagnie du ténor péruvien Juan Diego Flórez, à l’occasion de la sortie de son dernier album.

Fort d'une première partie de carrière où il a triomphé en tant qu'ambassadeur du bel canto romantique italien, Juan Diego Flórez élargit désormais sa palette de rôles : après un récital Mozart au Théâtre des Champs-Élysées en 2017, et plusieurs prises de rôles dans l'opéra français, le ténor se met cette fois-ci au service de Giuseppe Verdi auquel il consacre la majeure partie de ce nouveau récital.

Le duc de Mantoue, qu'il a déjà interprété plusieurs fois sur scène, est bien entendu au programme, de même qu'Alfredo de La Traviata, rôle dans lequel il a récemment triomphé au Metropolitan Opera de New York. Mais son art consommé de bel cantiste, son phrasé nuancé et l'ampleur de son souffle lui permettent aussi de rendre justice à une œuvre de la première période verdienne, Attila.

Pour son unique date parisienne de la saison, le ténor interprète en seconde partie des airs majeurs de son répertoire de concert - « Pourquoi me réveiller », « La fleur que tu m'avais jetée », « Che gelida manina » - et il aborde un compositeur plus rare dans les programmes de ses concerts, Franz Lehár.

Avec : Juan Diego Flórez, ténor, Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz et Jader Bignamini, direction. Production Les Grandes Voix

Au programme :

Giuseppe Verdi Nabucco, Ouverture Rigoletto, « Questa o quella » Rigoletto, « Ella mi fu rapita.... Parmi veder le lagrime... Possente amor mi chima » Un giorno di regno, Ouverture Attila, « Oh dolore! » I lombardi, « La mia letizia infondere... Come poteva un angelo » I due Foscari, « Brazza del suol natio... Dal più remoto esilio... Dal consiglio alla presenza... Odio solo, ed odio atroce » La Traviata, Prélude de l'Acte I La traviata, « Lunge da Lei... De' miei bollenti spiriti...O mio rimorso »

Franz Lehar Das Land des Lächelns, « Dein ist mein ganzes Herz » Paganini, « Gern hab' ich die Frau'n geküsst » Giuditta, « Freunde, das Leben ist Lebenswert »

Hector Berlioz Marche hongroise / Jules Massenet Werther, « Pourquoi me réveiller » / Georges Bizet Carmen , « La fleur que tu m'avais jetée » / Pietro Mascagni Cavalleria Rusticana, Intermezzo / Giacomo Puccini La Bohème, « Che gelida manina »

Informations pratiques
  • Philharmonie de Paris - Grande salle Pierre Boulez
  • 221 Avenue Jean Jaurès - 75019 Paris (M°Porte de Pantin)
  • Tarifs : 10-30-55-80-100-130 €. Informations/Réservations par tél 01 44 84 44 84 et en ligne
  • ​Lundi 18 novembre à 20h30