opéra

Publié le jeudi, 30 mai 2019 à 09h55

Bouffes de Bru Zane, derniers rendez-vous : Sauvons la caisse de Lecocq, Faust & Marguerite de Barbier et Mam’zelle Nitouche de Hervé

Par Roberta Spirito

Une scène du spectacle Mam’zelle Nitouche

La saison d'opérette du Palazzetto Bru Zane touche bientôt à sa fin, mais elle vous réserve encore quelques belles surprises ! Avec le PASS OPERETTE, profitez d’une réduction de plus de 30% sur les deux spectacles (Mam’zelle Nitouche et Sauvons la caisse & Faust et Marguerite) programmés au Théâtre Marigny et repartez avec le CD de Mam’zelle Nitouche !

Après une tournée de deux ans, Mam’zelle Nitouche posera enfin ses valises à Paris du 7 au 15 juin 2019 dans la grande salle du Théâtre Marigny, à l'occasion du 7e Festival Palazzetto Bru Zane Paris. Ce chef-d’œuvre de l’opérette signé Hervé mélange le ton comique fin XIXe, l’esprit des revues de café-concert et le rythme du théâtre parlé.

La musique enjouée du compositeur « toqué » s'associera à la mise en scène décapante de Pierre-André Weitz, portée par une troupe d’artistes survoltés avec notamment Lara Neumann, Olivier Py, Damien Bigourdan et les musiciens des Frivolités Parisiennes.

Du vendredi 21 au dimanche 23 juin, les petites opérettes en 1 acte Sauvons la caisse de Charles Lecocq et Faust et Marguerite de Frédéric Barbier seront présentées au Studio Marigny : une dompteuse de cirque règle ses comptes avec un milliardaire russe, et deux acteurs de province sur le point de chanter Faust de Gounod dans un théâtre modeste ratent leur entrée en scène à cause d'une dispute rocambolesque… Quiproquos burlesques garantis !

Mam’zelle Nitouche, même si elle n’est pas la dernière œuvre d’Hervé, peut être regardée comme son testament musical, ou tout au moins l’accomplissement de sa carrière. L’ouvrage, dont le sujet s’inspire de la vie même du compositeur – un organiste de couvent devenant homme de théâtre et compositeur léger à la nuit tombée –, mélange habilement le ton comique d’après 1870 (celui de Lecocq, en articulier), l’esprit des revues de café-concert et le rythme effréné du théâtre parlé hérité de Labiche.

D’ailleurs, à la création en janvier 1883, l’œuvre était intitulée « comédie-vaudeville », mention qui dit assez combien l’action y est tout, et la musique plus spécifiquement destinée à des « numéros » spirituels de solistes. Le rôle-titre, en particulier, est doté d’un nombre important d’airs et de duos pour faire valoir l’abattage scénique et vocal d’Anna Judic, première Mam’zelle Nitouche d’une longue série de vedettes. Le succès ira bien au-delà des espoirs d’Hervé, et se prolongera au XX e siècle à travers des reprises cinématographiques dont l’une des dernières mettra en scène Fernandel, dans le rôle de Célestin créé par Hervé. Traduite dans de nombreuses langues, Mam’zelle Nitouche est encore présente dans la mémoire collective de certaines générations en Russie ou en Italie.

Informations pratiques
  • Théâtre Marigny
  • Carré Marigny - 75008 Paris
  • Du 7 au 15 et du 21 eu 23 juin 2019
  • Activez le Pass Opérette en cliquant ici : Une réduction de 30% sur les deux spectacles (dans la limite des places disponibles ) + 1 CD du spectacle Mam'zelle Nitouche (à retirer sur place)