cinéma

Publié le mercredi, 18 janvier 2017 à 09h42

Ettore Scola nous présente La plus belle soirée de sa vie

Par Antoine Le Fur

Face à l’inénarrable Alberto Sordi, le comédien français Pierre Brasseur dans son dernier rôle.

Film peu connu du cinéaste italien, La plus belle soirée de ma vie ressort en salles la semaine prochaine. L’occasion de découvrir ou redécouvrir ce petit bijou d’humour noir marquant également l’ultime rôle au cinéma du grand Pierre Brasseur.

D’Ettore Scola, on connaît les grands classiques du cinéma italien que sont Nous nous sommes tant aimés, Une journée particulière ou encore Affreux, sales, méchants. L’un des réalisateurs phares de l’âge d’or du cinéma italien a signé quelques uns des grands films ayant jalonné l’histoire du cinéma transalpin. Pourtant, si vous pensiez tout connaître de l’œuvre du réalisateur, détrompez-vous, vous allez peut-être découvrir l’un de ses trésors cachés.

Le 18 janvier ressort effectivement en salles La plus belle soirée de ma vie (La piu bella serata della mia vita), datant de 1972. Huitième film de Scola, cette comédie réunit un casting de prestige autour de l’incontournable Alberto Sordi. Jugez plutôt : Pierre Brasseur, Michel Simon, Charles Vanel et Claude Dauphin. Autrement dit, la crème du cinéma français de toute une époque.

L’histoire, adaptée d’une nouvelle de l’écrivain suisse Friedrich Dürrenmatt (La Panne), a de quoi ravir les amateurs de comédies grinçantes. Dans un château en Suisse, un docteur italien (Alberto Sordi) se voit devenir le protagoniste d’un procès fictif organisé par quatre anciens magistrats. L’occasion pour ces derniers de passer au crible la vie du médecin et d’épingler par la même manière son comportement pas très catholique.

Un tournage maudit

Si La plus belle soirée de ma vie fut tourné en 1972, le film ne sortit en France qu’en 1979. La faute à certains éléments de tournage dont Scola se serait bien passé à commencer par la mort de Pierre Brasseur suite à une crise cardiaque. La disparition du comédien français a en effet nécessité l’emploi d’une doublure pour certaines scènes et changea profondément la forme du récit. D’une durée initiale de 2h20, le film fut amputé de plus d’une demi heure pour finalement être ramené à… 1h46. Par ailleurs, l’équilibre entre rire et effroi a également pu déstabiliser les spectateurs, ne sachant pas trop à quoi s’en tenir face à ce film assez inclassable.

Avec La plus belle soirée de ma vie, Ettore Scola signe un film assez voisin de ceux que pouvaient réaliser d’autres grands cinéastes italiens à l’image de Luigi Comencini et de son cultissime L’Argent de la vieille où l’on retrouvait justement Alberto Sordi, dans le rôle d’un homme à la bassesse légendaire. Un humour au vitriol qui était alors à la mode dans le cinéma italien. Pour les adeptes de ce type de ce comique ou tout simplement les cinéphiles toujours plus curieux, courez la semaine prochaine au cinéma pour découvrir cette pépite signée Scola. Qui sait, peut-être qu’en sortant, vous confesserez avoir passé « la plus belle soirée de ma vie ».

Informations pratiques
  • En salles le 18 janvier 2017