livres

Publié le mardi, 5 septembre 2017 à 09h41

Là où l'histoire se termine, nouveau roman d'Alessandro Piperno

Par Stefano Palombari

Là où l'histoire se termine - couverture

On l’avait un peu oublié. Ces derniers temps, il s’était fait plutôt discret. Après le grand succès du diptyque Persécution et Inséparables, Alessandro Piperno se taisait obstinément. Il a fallu 5 ans d’attente pour que le public français puisse replonger dans la prose corrosive de l’auteur romain.

Exit les Pontecorvo, protagonistes des deux romans précédents, voici les Zevi. Matteo, la cinquantaine, coureur de jupons impénitent, polygame, inconstant et fauché, rentre à Rome des États-Unis après vingt ans d’absence. Il s’y était exilé pour échapper à des créditeurs menaçants. Il retrouve Federica, une (ex)-femme naïve et amoureuse, un fils qui boude et une fille fraîchement mariée mais totalement paumée. Son retour a pour effet de chambouler une sorte d’équilibre instable qui s’était créé. Le roman se referme, se termine, sur une explosion qui donne à la « ville éternelle » une allure de 14 novembre parisien. Et qui, paradoxalement, rétablit la stabilité perdue.

On baigne toujours dans les marécages opulents de la bourgeoisie juive romaine. Mais le ton n’est plus le même. L’ironie caustique, que Piperno maniait avec aisance pour mettre en exergue vices et maladresses des ses personnages, laisse la place à une certaine complaisance. Les acteurs de l’intrigue restent plus en surface, victimes peut-être d’une simplification excessive.

Une petite note curieuse concerne Martina, la fille de Matteo et Federica et ses éphémères pulsions homosexuelles. Après avoir mis en péril son tout récent mariage, finalement, elle se range et tout rentre dans l’ordre. Elle oublie vite son amoureuse. Cela m’amène à un parallèle avec La Merveille imparfaite, roman (plutôt décevant) d’Andrea De Carlo paru en France au mois de juin, bâti autour du personnage de Milena. Cette glacière italienne, déçue par les hommes, choisit de vivre en France avec une femme. Enfin, tant qu’elle n’a pas rencontré un homme, un vrai. Les auteurs italiens, auraient-ils un problème avec l’homosexualité féminine ?

Informations pratiques

Là où l'histoire se termine d'Alessandro Piperno, Liana Levi, 21€.
Pour acheter le livre, cliquez sur l'image ci-dessous