mise à jour : 06-08-2009 10:42:39
actualités italiennes

Littérature italienne

Couverture du livre de La pension Eva

La pension Eva, roman de Andrea Camilleri

fiche livre  
À Vigata, ville imaginée par Camilleri, il existe un endroit où, depuis l'époque romaine, au fils des siècles ont vu le jour plusieurs sortes de temples. Nous sommes dans les années 30 et ce lieu sacré abrite la pension Eva, temple de l'amour, lorsque Nené glisse sa tête pour la première fois par la porte constamment entre-ouverte. Cependant, il ne réussit pas à bien saisir quel genre de culte on y pratique, il est trop jeune et pas assez dégourdi. Ce n'est que quelques temps plus tard qu'il fera cette découverte sensationnelle. Et son père va lui confirmer que dans ce lieu, de perdition pour certains, pas très nombreux à vrai dire, de bonheur pour une majorité masculine et discrète, on peut " louer des jeunes filles ". Pour quoi faire ? Là encore, Nené devra attendre, jusqu'à ce qu'il commence à jouer " au docteur " avec sa cousine Angela.
La seconde guerre mondiale bat son plein et l'Italie est d'abord sous la coupe des fascistes, puis sous occupation allemande. La situation est difficile, la population souffre de la faim et des bombardements.
Avec la finesse de ton et de style qui lui est propre, Camilleri nous fait vivre " la belle époque " de cette maison close à travers les yeux du jeune Nené et son " éducation sentimentale ". Un chapitre est consacré à plusieurs anecdotes croustillantes concernant la pension et ses six jeunes hôtesses très convoitées. Le roman se clôt avec la " fin " de la guerre. C'est un petit livre qui se laisse lire d'un seul coup, de ceux qui, une fois terminés, vous laissent toujours un petit goût de nostalgie.

Stefano Palombari

Le mot de l'éditeur

Dans la Sicile des années 40, tout minot qu’il est, Nenè s’interroge : que vont faire les hommes dans cette belle maison près du port, où habitent tant de femmes nues ? Bientôt, au fond d’un grenier, une cousine entreprenante l’éclairera sur le sujet. En grandissant, il deviendra familier de ces dames et bien vite découvrira chez elles, au-delà de la sensualité, des trésors de récits.
Autour de la table présidée par l’austère Signura, avec ses amis Jacolino et Ciccio, il perçoit le caractère étrangement sacré de ce bordel et les miracles qui s’y déroulent. La guerre gronde dans le ciel, les bombes américaines dévastent la ville, les armées allemandes quittent les lieux, mais à la Pension Eva, un vieux noble retrouve sa virilité, un ange descend nu en parachute, le portrait de Staline a des effets inattendus sur un résistant communiste, le saint patron local rend visite à l’une de ces dames. Et puis des couples fixes se forment avant de connaître une fin terrible ou bien heureuse.
Mêlant le dur récit documentaire et l’allégresse rêveuse du réalisme magique, ce roman d’apprentissage par temps d’apocalypse, que l’auteur lui-même présente comme un moment très spécial dans son œuvre, nous fait découvrir une nouvelle facette du grand romancier Andrea Camilleri. En savoir plus sur Andrea Camilleri
Fiche livres

La pension Eva

Auteur : Andrea Camilleri
Traducteur : Serge Quadruppani
Éditeur : Métailié
Prix : 16 €
Parution : septembre 2007

achetez avec réduction sur Fnac.com




abonnements

Creative commons