ÉTAT DES LIEUX

Qui ne connaît pas le grand cinéma italien d'après guerre ? Le néoréalisme de De Sica, Rossellini, De Sanctis, Rosi et Visconti mais aussi, Fellini, Antonioni, Pasolini ou les frères Taviani sont universellement connus. Depuis quelques temps par contre, mis à part des rares exceptions, le cinéma italien est apparu en crise d'identité.

Aujourd'hui des jeunes réalisateurs semblent donner un nouveau souffle au septième art, mais leurs films continuent à avoir du mal à trouver des distributeurs. Bien sûr les derniers Nanni Moretti ou Roberto Benigni sont programmés dans des nombreuses et importantes salles de la capitale. Mais d'autres réalisateurs moins connus à l'étranger n'ont pas la même chance. Donc si vous voulez avoir une idée assez précise de la situation du cinéma italien au jour d'aujourd'hui ou bien plonger dans la magie des productions immortelles de la botte, voilà quelques adresses qui se révéleront fort utiles.

CINÉMA ITALIEN

Accattone

C'est l'Eldorado pour tous ceux qui aiment les classiques du cinéma italien, Fellini, De Sica, Antonioni, Visconti mais surtout Pasolini. C'est en effet, d'un de ses films que le cinéma tire son nom.

Le Latina

Sur l'initiative de l'Union Latine, en 1984, un groupe d'intellectuels décide de créer une espace de diffusion de la culture latine, en particulier dans le cinéma. Un endroit, où les différentes déclinaisons de la latinité (espagnol, italien, portugais, roumain, etc.) peuvent s'exprimer et se confronter. Ils s'installent, donc, au 20, rue du Temple, où existait le cinéma « le Marais ». Ce dernier change de nom et devient « le Latina », et à l'étage naît le bistrot latin, qui est en même temps un bar, une salle de