restaurants

Caffè concerto

Par Rédaction

On a commencé notre repas par une Burrata de Matera avec pomodorini Pachino (euros 7,5). Il s'agit d'une variété de tomates provenant de la Sicile sud-orientale particulièrement appréciée pour son goût frais et délicat. La Burrata, fromage typique du sud d'Italie, n'était pas mauvaise, mais sans aucun doute industrielle, incomparable, du coup, avec la Burrata fraiche, véritable perle de la tradition gastronomique des Pouilles. L'assiette d'« ortaggi misti », mélange de légumes grillés, à l’huile d’olive, est délicieuse. La salade des antipasti misti (13€), une salade de laitue et roquette accompagnée de tomates, mozzarella, courgettes et aubergines laisse à désirer quant à la qualité de la salade.

Les plats. Pour 19 € on a essayé des Spaghetti al golfo. Ce sont des pâtes aux moules, palourdes et langoustines. Pour tout ceux qui ont une certaine familiarité avec la cuisine de cette région, on sait que c'est le plat le plus typique, le plus simple, probablement le plus délicieux. Or c'est uniquement la fraîcheur des ingrédients qui peut garantir la bonne réussite de ce plat, ce qui n'a pas été le cas. Langoustines et moules ne donnaient pas du tout l'impression d'avoir été pêchées le matin même ce qui donnait à l'ensemble un goût assez désagréable. Les « ravioloni » (de gros raviolis) à la ricotta et à la sauge, sauce au beurre, sont très bons, mais ils ont été servis à peine tièdes. Les ravioloni ricotta, tomates et aubergines (16,50€) étaient aussi réussis.
Les polpette con la pasta (petites boulettes de viande avec des pâtes), plat typique des Pouilles, sont assez décevantes. Les polpette contiennent une quantité très faible de viande ce qui les rend fades. Les pâtes qui les accompagnent, des cellentani, des pâtes longues en forme de tire-bouchon, n'étaient guère al dente et toutes collées.
De plus, nous avons goûté les Spaghetti avec câpres, olives, et tomates cerise, un plat qui se veut simple, qui présente peu d’ingrédients, typiques de la cuisine paysanne du sud de l’Italie, absolument savoureux dans sa simplicité. Tout y est, mais malheureusement l’huile était trop abondante et le plat, qui se veut léger et frais, était finalement lourd. On a donc eu du mal à le terminer, le fond de l’assiette étant noyé dans l’huile…

Côté dessert, comme c'est souvent le cas, il y a peu de choix et d'originalité. Cependant le patron nous a annoncé qu'ils avaient des cannoli siciliens (ce qui n'était pas marqué sur la carte ni sur l'ardoise). La pâte était un peu molle, signe qu'ils ne venaient pas d'être remplis mais dans l'ensemble ils étaient appréciables. Il faut quand même encourager les restaurants qui prennent le risque de s'aventurer au-delà des « colonnes d'Hercule » du tiramisù et de la panna cotta. Le gâteau aux amandes et chocolat, même si probablement n'est pas artisanal, est assez bon.
L’idée d’essayer l’original « Tiramisu sans TVA » (un tiramisu sans café) nous a tenté. Résultat : on préfère la version avec TVA, le classique, qui présente le contraste typique entre l’amer du café est le sucré des boudoirs et du chocolat, ce qui rend le Tiramisù unique.

On a arrosé le repas avec un assez bon rosso del Salento (21 euros).

Dans l'ensemble le Caffè Concerto est un restaurant qui nous a laissés assez froids surtout à cause de la qualité pas homogène des mets. Comptez autour de 50 € pour un bon repas.

Informations pratiques
Caffè concerto plan d'accès
24, Rue Gramont - 75002 Paris (M° Quatre-Septembre / Richelieu-Drouot)
Tél. 01 49 26 08 21
Ouverture : fermé le samedi midi et le dimanche

Publié le mercredi, 23 juin 2010 à 11h59

Caffè concerto - intérieur
24, Rue Gramont, 75002 Paris - Tél. 01 49 26 08 21

Cette fois-ci c'est l'envie de goûter la cuisine du Sud qui nous a conduits à choisir le Caffè Concerto. En effet, le propriétaire est originaire des Pouilles. Caffè Concerto est situé dans le deuxième arrondissement, à proximité de l'Opéra. L'endroit est assez simple, joli et confortable, il se constitue d'une salle au rez-de-chaussée et d'une deuxième à l'étage. L’accueil y est chaleureux, même si le patron s’est montré un peu trop « envahissant ».

Réagissez

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.