cinéma

Publié le lundi, 3 août 2015 à 10h33

L'Oriana, un biopic sans profondeur

Par Caroline Verhille

Oriana Fallaci, jeune reporter

Oriana Fallaci est le biopic de la célèbre journaliste italienne connues pour ses interviews musclées des plus grands chefs d’état et ses livres qui ont souvent suscité débat autour de la place de la femme dans la société, l’avortement, l’homosexualité ou encore l’oppression dictatoriale.

Le film commence par les premières interviews de stars hollywoodiennes et se termine juste après les attentats du 11 septembre en passant par les deux grands événements de la vie de la journaliste : la couverture de la guerre du Vietnam et son histoire d’amour avec l’opposant politique grec Panagoulis.

Sur le papier, le projet était très excitant, la vie de la Fallaci étant passionnante, on pouvait s’attendre à un film fort. Hélas, on s’y ennuie beaucoup, même si l’interprète principale fait de son mieux, le film manque cruellement de souffle et l’on n’y croit pas vraiment.

Peu d’intérêt que ce soit en termes de mise en scène ou en ce qui concerne le traitement du sujet. Ce n’est ni un portrait psychologique, ni une peinture du milieu des reporters et de la difficulté d’y évoluer en tant que femme, et les grands événements du 20e siècle que la journaliste a pu suivre ne sont abordés que trop superficiellement.

Le film a toutefois le mérite de parler d’un personnage très intéressant de l’histoire contemporaine italienne qui a pratiqué une forme de journalisme bien personnelle et novatrice et de susciter un intérêt pour la lecture de ses livres qui permettront peut-être mieux de cerner sa pensée et ses combats

Informations pratiques

Critque du film Oriana Fallaci