cinéma

Publié le mercredi, 15 février 2017 à 21h37

Fiore, un film de Claudio Giovannesi

Par Valentina Pasquali

Fiore - ballo

Italie, 2016. Avec Dafne Scoccia, Josciua Algeri, Valerio Mastandrea.



Daphné est une adolescente de 17 ans, frêle, jolie, paumée, qui survit dans le métro de Rome en braquant les usagers pour leur voler leur téléphone. Arrêtée, condamnée, elle atterrit dans une prison mixte pour mineurs. Elle y rencontre Josh, rebelle, romantique, à fleur de peau – comme elle. Au sein d’un univers répressif où tout contact entre filles et garçons est interdit, au rythme des conversations échangées d’une cellule à l’autre et des messages clandestins, Daphné et Josh tombent amoureux.

Claudio Giovannesi, réalisateur, scénariste et musicien est né à Rome, en 1978. En 2009, il réalise son premier long-métrage La maison sur les nuages et le documentaire Fratelli d’Italia (Prix spécial du jury au Festival Inter- national du Film de Rome en 2009). En 2012, il réalise son deuxième long-métrage Ali a les yeux bleus primé au Festival International de Rome et au Festival d’Angers 2013.

Son dernier documentaire intitulé Wolf a remporté le Prix spécial du jury au 31ème Torino Film Festival. En 2014, il participe au lm collectif 9 x 10 Novanta, célébrant à travers un montage d’archives, les 90 ans de l’Institut Luce (sélectionné à la 71ème Mostra du cinéma de Venise). En 2015, il réalise plusieurs épisodes de la deuxième saison de la série TV Gomorra.

A propos de "Fiore" Giovannesi dit: "J’ai eu l’idée de ce film quand j’ai découvert les conditions de vie dans les centres de détention pour mineurs : les hommes et les femmes ne peuvent pas se rencontrer, il y a une aile pour les hommes, une autre pour les femmes. Ils ont l’interdiction absolue de communiquer entre eux. Je voulais donc raconter une histoire d’amour semée d’embûches.

Est-il possible de vivre l’adolescence dans un contexte carcéral ? De préserver toute la grâce et l’innocence tout étant reconnu(e) coupable par la loi ? Cette contradiction a été le point de départ de notre travail, le paradoxe de deux adolescents qui vivent toute la force de leur premier amour, dans un lieu où l’amour même est interdit.

La prison, pour les filles et garçons, n’est plus seulement une privation provisoire de la liberté mais un manque d’amour : la morale n’est plus celle de la loi mais celle anarchique des sentiments et les règles carcérales et les interdictions des policiers sont les obstacles à surmonter afin de pouvoir vivre les sentiments de sa propre adolescence.

Le film sera projeté en avant-première samedi 18 mars à 11h en présence du réalisateur au Cinéma du Panthéon 13 rue Victor Cousin - Paris

Informations pratiques
  • sortie nationale 22 mars